Restaurant Municipal : vers plus d'équité ! ?

Publié le par Ufict-cgt reims

L’administration a réuni le 22 avril les organisations syndicales pour présenter sa réflexion sur la tarification du restaurant municipal. Elle a présentée son projet qui repose sur une tarification en 3 étages collant aux catégories A, B, et C.

Le prix actuel 4,66 € serait modifié au 1/9/2010 comme suit :                                 

 4,30 € pour les C soit une diminution de 0,36 €

 4,66 € pour les B (soit maintien du tarif actuel)

 5,50 € pour les A soit une augmentation de 0,84 €

 

Les élus présents (Mme MACQUART et M. LAVAL) ont présenté cette proposition en réponse aux réflexions intervenues au cours des CTP.

Nous avons rappelé notre position de base qui consiste à nous reposer sur le prix des denrées dans l’assiette et avons renouvelé notre demande à connaître précisément ce coût avant de prendre toute position sur le sujet. En effet, il ne nous semble pas normal qu les employés aient à financer le coût de travail de leur collègues.

Il serait d’ailleurs intéressant d’avoir à disposition le coût réel de revient d’un repas au Restaurant Municipal avec ses différents postes.

 

En l’état actuel, nous ne disposons que des éléments mis à notre disposition : la part agent (4,66 €) et la part employeur (4,11 €) sans autre explication.

Au cours de cette réunion, il nous a été donné, - après que nous ayons insisté à plusieurs reprises (les seuls) -, le prix de revient des denrées dans l’assiette : il est aujourd’hui, avec une hausse considérable de la qualité et l’utilisation de produits frais … en diminution de 3,54 € à 3,14 €.

 

Nos premières réactions sur le projet présenté (tout en considérant que la porte n’est pas fermée) :

-          L’Administration a travaillé sur une base de ne pas augmenter la participation de l’employeur ; les projections actuelles mettent en évidence un « delta » de 729 € (le bout du monde !) ; nous avons dit que cette position n’est pas très raisonnable et ne fait pas preuve de beaucoup de courage et de volonté d’avancer ; il serait si simple de donner un peu moins à « Ernst & Young » et mettre un peu plus en participation de la Ville (plafonnée aujourd’hui à 159 796,80 €)

-          Une tarification reposant uniquement sur les catégories est assez fausse et fait peu de cas des chevauchements indiciaires (début et fin de carrière + régime indemnitaire disparate) et donc il nous semblerait plus efficace et plus équitable de raisonner en « blocs indiciaires »

-          C’est donc sur notre insistance (et la seule) qu’une négociation s’ouvre jusqu’au 11 mai prochain , période au cours de laquelle nous présenterons nos propositions que nous entendons bâtir avec nos mandants. (A SUIVRE ICI MEME)

 

Nos premières orientations : faire davantage retour des gains faits sur la baisse du coût des denrées (-0,40 €) vers les plus bas salaires (début de la catégorie C) aux alentours de 3,90 € et étagement des participations par blocs indiciaires en 3 ou 5 palliers, pourquoi pas avec un parrallèle avec les chèques vacances (3 palliers actuellement)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ufict cgt reims 28/04/2010 09:49



L'UFICT a élaboré une proposition qu'elle a mise en discussion auprès de ces adhérents.
Si vous souhaitez en avoir communication, une simple demande par mel avec vos coordonnées nous permettra de vous la faire parvenir.



V.V 28/04/2010 09:41



Il apparait évident que la municipalité doit faire un "effort" supplémentaire.


Ne baisser le prix que de 0.36 € pour les plus bas salaires est ridicule cela ne correspond qu'à 1.8 € par semaine soit au maximum 8€ par mois : pas de quoi sauter au plafond !


Passer à 3.9 € au lieu de 4.66 € pour les plus bas salaires serait la moindre des choses !


Pour ce qui est du fond du problème, il convient plutôt que de mettre en place des tarifs en terme de catégorie, il vaut mieux avoir des tarifs différents en fonction de l'indice de rémunération
de l'agent.