Vous avez dit "de gauche !"

Publié le par cgt-services-publics-remois

Après le CTP du 5 novembre, nous avons voulu apporter une appréciation générale sur son déroulement : une fois de plus (ou plutôt de trop!), cette instance est prise par l'Administration, par le DGS et par la Municipalité rémoise comme une simple chambre d'enregistrement.
 
Rarement un tel mépris a été affiché au sujet des interrogations et des demandes de complément d'informations. Même lorsqu'il s'agit simplement de faire usage de nos droits prévus par décret (en l'occurrence l'article 28 du décret 85-565 du 30 mai 1985). Le délit d'entrave ne serait-il pas constitué ?
 
Après quelques contacts informels, nous osions espérer encore en cette Municipalité, qui laissaient entendre qu'elle souhaitait revenir à un climat plus serein.
Force est de constater qu'on en est loin, très loin et nous avons l'impression qu'elle cherchait simplement à gagner du temps.
Cela se confirme sur plusieurs dossiers; nous en prendrons 3 en exemple
 
1/ sur la résorption de la précarité : alors que La Maire avait pris l'engagement d'un débat constructif et alimenté par des éléments fiables (financiers notamment) pour la réunion du 18 septembre dernier, cela a été transformé en la création d'un "Observatoire de la Précarité" (toujours pas mis en place et qui de toutes façons est une compétence du CTP dans le cadre du bilan social) et au renvoi à la rentrée des vacances de la Toussaint... A ce jour, nous n'avons pas encore la date et on nous répond que cela pourra se tenir "quand les derniers arbitrages budgétaires seront faits"
 
2/ sur le dossier des Promotions : Mme la Maire devait nous recevoir hier matin (le 5) avant le CTP : le rendez-vous a été annulé en nous disant que la délibération serait modifiée. En fait en séance, la seule modification (même si elle est importante pour 2 collègues supplémentaires) a été de porter de 4 à 6 les transformations de postes d'attaché. Bizarrement, cela a "satisfait" FO qui lors de ce CTP a une nouvelle fois fait preuve de son talent à changer de position en toutes occasions (voir leur communiqué du vendredi 30 octobre), alors même que cela ne remet pas en cause le déroulement des CAP du 21 octobre et l'absence d'un minimum de règles
 
3/ Alors que nous sommes censés lutter contre la précarité, voilà la Municipalité qui décide de mettre en œuvre un dispositif de précarisation supplémentaire pour les jeunes, en décidant d'utiliser le "PACTE"  (jeunes de 16 à 25 ans) et de recruter sur des postes vacants de catégorie C. Ces jeunes seront recrutés pour 2 ans avec possibilité de titularisation à la fin du contrat avec un salaire à hauteur de 55 % du minimum de rémunération de la FTP (porté à 70% si + de 21 ans). En fait, il semble qu'il s'agisse pour la Municipalité de mettre en œuvre un plan propreté à moindre coût.
Pour information ce dispositif est une invention de ...M. Renaud DUTREIL !
 
Tous ces éléments (et bien d'autres) montre qu'on est loin d'aller vers un apaisement du climat social.
Il semble que l'on est loin du temps des promesses électorales et des engagements "généreux" du lendemain des élections.
 
Nous vous invitons à vous reporter sur nos sites Internet et Intranet où vous pourrez les retrouver  (réponses des candidats ou encore déclaration de Mme La maire au premier CTP d'après élection)
 
En conclusion nous citerons Woody Allen
 
Woody ALLEN disait : "Quelle est la différence entre la dictature et la démocratie  ? En dictacture : FERME TA GUEULE, en démocratie : CAUSE TOUJOURS !"
A chacun d'apprécier......
 
UFICT-CGT Reims / Coordination CGT
Syndicat des ICT et AM des Services Publics Rémois
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zorro 23/11/2009 12:37


On est loin des promesses électorales ! Et une fois de plus, où est la différence avec la droite ?